lundi 30 juillet 2012

La folie des étiquettes... non merci!

Je l'avoue, je trippe papeterie, fournitures... ET étiquettes.  Alors comme c'est la première fois, je magasine avec plaisir les fournitures scolaires de mon grand en vue de sa rentrée à la maternelle en septembre.  (On s'en reparlera dans quelques années, et je rirai certainement de mon actuel enthousiasme.)

Mais là là... Y'a des limites!

Prix d'un paquet de 16 crayons feutres Crayola Colossal (tsé, faut la bonne marque pour avoir les bonnes couleurs... Soupir.): 8,97$

Prix de revient des 32 étiquettes pour identifier tous les crayons ET les bouchons: 8,40$ (à 21$ le paquet de 80 étiquettes Skinny Minis chez Mabel's Labels... et il faut ajouter la livraison!)

Et il lui faut 2 paquets de ces marqueurs...

OK, c'est décidé: j'écrirai ses initiales au marqueur permanent sur les gros morceaux.  Et marqueur permanent ça sera aussi pour les vêtements et les plats à lunch--et d'expérience, ça tient parfois mieux qu'on pense (j'ai des plats qui portent encore les instructions d'un pique-nique à assembler de l'an passé!) J'ai trop peur des pertes, même identifiées, pour acheter du Tupperware à prix d'or...  perdre un plat à 2$ ne m'attristera pas trop (même si j'espère ne pas devoir en magasiner toutes les semaines).  D'ailleurs, j'espère avoir le temps de revenir écrire au sujet de mes trouvailles en fait de plats à lunch (je ne trippe pas QUE papeterie...).

Pour les petits morceaux, j'ai imprimé à peu près 200 fois son nom en tout petit sur une feuille de papier format lettre.  Un peu (hum!) de découpage, un rouleau de ruban adhésif à déménagement (transparent et très large) et voilà, de belles étiquettes pas chères, pas chères!

Je ne suis pas la plus bricoleuse ces derniers temps, mais là, je suis fière de mon coup!

9 commentaires:

Manon a dit...

ah la folie des coûts associé à l'école!

C'est pas fini...

Ils t'ont pas demandé 3 paires de chaussure, soulier, bottes pour ton ti-loup?

Joa a dit...

Lucie, imagine-toi dont que la prof de maternelle de mon fils se contre-foutait de l'étiquetage des crayons. Elle ouvrait les boîtes de tous les enfants et mélangeait tous les crayons! Pas de niaisage. Idem pour d'autres articles comme la colle ou les mouchoirs. En 1re c'était autre chose...

Anne-Lune a dit...

Je suis tout à fait de ton avis! Et j'utilise les mêmes techniques que toi! Vive la débrouillardise!

Perso, je suis contre toutes les affaires qui sont faites pour nous faire dépenser davantage. Oui! Je suis rebelle de même! Pffff!

Lucie a dit...

Manon: "juste" 2 paires... Et il n'y a pas que les coûts, il y a aussi les Lois (avec un grand L) sur les Lunchs. Pas d'arachides on le sait, mais c'est fou les autres restrictions qu'ils peuvent inventer et qui finissent par être ridicules...

Joa: c'est la prof à la rencontre du printemps qui nous a demandé de tout étiqueter, même les bouchons des crayons... ALors j'espère qu'elle ne fera pas ça après!!!! Et je n'aime pas l'idée de mettre en commun ce que chacun apporte. Je n'ai pas envie que le linge de mon fils soit taché en permanence parce que des parents vont au Dollarascrap au lieu d'acheter une marque de feutres dont la lavabilité est fiable, par exemple... On paye des frais pour le matériel d'arts plastiques, les photocopies et autres, s'ils veulent mettre qqch en commun, qu'ils l'incluent donc dans ces frais, telle est mon opinion!

Manon a dit...

moi j'ai fini par faire fi de certaines "demandes" excessives de la part de l'école. Tsé 2 paires de chaussures plus des bottes c'est noway. 36 crayons à mine c'est noway itou, j'en fournirai d'autre quand ça sera le temps... 2 effacace blanche steadler, noway... si on fait attention une seule sera bonne pour quelques années, même si on l'utilise beaucoup.

C'est comme une roue qui incite le gaspillage je trouve.

Pour la bouffe... Je conçois pour les cas d'allergies sévères (on a une nièce qui a besoin de 2 epipen pour se rendre de chez elle à l'hôpital, ça aide à comprendre)... mais il y a les allergies grave de type choc anaphylactique et les autres qui sont juste des "rougeurs" et/on intolérant... C'est pas tous qui ont la grosse réaction...

Pis faut voir s'il y a quelqu'un dans la classe de l'enfant qui est allergique.

C'est parfois le cas dans les classes de mes filles...

mais au service de garde de l'école la première année, s'était fou! les arachides, le kiwi, les fraises, le fromage et produit laitier pour un, alouette!!! On s'en sort plus.

Lucie a dit...

Pour les allergies, je compte respecter les consignes sauf que si ça devient trop restrictif, je vais leur faire comprendre que ça ne fonctionnera pas. J'ai une amie dont la fille a plusieurs allergies dont les oeufs, et elle n'avait pas demandé de traitement spécial à l'école, misant plutôt sur les instructions à sa fille de ne pas partager ou échanger de nourriture etc. LA PROF a de son initiative, demandé aux parents de toute la classe de ne pas inclure d'oeufs dans les lunchs, car elle trouvait ça plus facile à gérer! Évidemment les parents étaient fâchés. Et puis je suis certaine que ce n'était pas vraiment sécuritaire car c'est pratiquement certain que plusieurs enfants devaient avoir dans leur lunch de la mayo, des biscuits contenant des oeufs etc., les parents pas habitués n'y pensant pas... Et puis si on doit éliminer le soya (ici on est adeptes du faux baloney), les arachides et noix, les oeufs, le poisson et les protéines bovines, nos enfants vont manger quoi comme protéines??? Bref, je m'enligne pour cuisiner sans noix et arachides, mais s'il y a d'autres restrictions, je vais vérifier de qui ça vient et en discuter avec eux... J'ai entendu plusieurs cas de manque de bon sens.

Outre ça, notre école n'accepte que les fruits, légumes et fromages comme collations. Je me rappelle avoir déjà mangé la moitié de mon sandwich en cachette en rentrant de la récré au primaire, car j'avais encore faim après ma collation... Tu devines que mon lunch n'était plus très bourratif pour me faire tenir l'après-midi après ça... Alors de ne pas pouvoir donner de muffin etc.à mon grand mangeur, ça me stresse!!! Des concombres et du fromage, c'est bien, mais il y a des fois où ça prend des biscuits sodas en plus pour toffer jusqu'au souper...

Et personne n'a encore parlé du chocolat à mon école... Sans être le genre à en donner tous les jours, ça me dérangerait aussi de ne pas pouvoir inclure un muffin parce que ô sacrilège j'y ai mis quelques pépites... Or je sais que c'est interdit dans plusieurs écoles aussi. Je omprends qu'ils édictet de telles règles "pour le bien des enfants", mais la santé mentale des parents qui préparent les lunchs, ça aussi ça compte pour le bien des enfants! Me semble que je miserais plutôt sur l'éducation, fournir une liste de livres et de sites recommandés pour ceux qui veulent des recettes (quitte à s'assurer que la bibliothèque municipale a les livres), etc. J'ai des livres écrits par une nutritionniste qui incluent de temps en temps du chocolat (muffins aux chipits, brownie avec recette santé fournie, lait au chocolat comme accompagnement suggéré) dans les idées de menus de lunchs. C'est pas le diable, le chocolat!

Anonyme a dit...

Moi pour les étiquettes j'ai trouvé ceci chez bureau en gros... J'ai acheté un paquet de 50 feuilles lorsque les enfants étaient à la garderie et j'en ai encore....

Avery® Étiquettes d'identification durables, permanentes, blanches, pour imprimantes à laser

J'imprime mes étiquettes à l'ordi (80 noms par pages) que je découpe.

Les étiquettes résistent au lave-vaiselle.

Isabelle a dit...

Je revisite ton billet...

Et petit "coming out", je suis ton amie dont la fille a plusieurs allergies...

... et qui s'est procuré un cellulaire le jour où sa fille est entrée en maternelle. Et redouter un éventuel coup de fil sur l'heure du dîner...

Ma fille débute la 3e année et il n'y a eu aucun incident à l'école.

Je suis pour l'interdiction de l'arachide à l'école. Et même là, si une fillette ayant mangé du "beurre de pinote" donne un bisou à ma fille, les rougeurs débutent sur le champ.

Oui, je suis pour la consommation des autres allergènes à l'école (sauf si un enfant peut avoir une réaction olfactive). Comme tu le dis, Lucie, un oeuf peut être aussi dangereux que de la mayo.

Lucie a dit...

Isabelle, je ne voulais pas te nommer sans ton accord! ;-)

Pour l'interdiction d'arachides et noix, je pense que ça va pour la plupart des parents, moi incluse, car il existe des tonnes de plats principaux "lunch-friendly" qui n'en contiennent pas, encore plus de desserts maison, et de plus en plus de produits tout faits qui présentent le logo de contrôle certifié d'arachide, donc ça n'oblige pas à des efforts de cuisine particuliers. Mais comme tu dis, l'interdiction sur le site de l'école n'est pas une garantie absolue. Pour ma part, j'ai longtemps interdit à mon grand de manger du beurre d'arachide les matins de garderie, car il se salit énormément et je n'ai pas envie de lui re-donner un bain avant de partir le matin! Maintenant il mange mieux et a le réflexe de se laver le visage à la débarbouillette et les mains au savon après avoir mangé, en particulier du beurre d'arachide. Je le lui permets donc n'importe quel jour. Je vais cependant l'éviter avec P'tit Chou les matins de garderie pour quelque temps encore, car il mange de la même façon que son frère au même âge...

Pour les autres allergènes, mon plus vieux a fréquenté trois (oui oui, trois...) CPE et à part pour les arachides formellement interdites, aucun ne bannissait les allergènes d'un groupe quand un enfant y était allergique. Je me dis que s'ils arrivent à éviter la contamination croisée avec des bambins (dont plusieurs se salissent sûrement autant que mes fils...), ça doit se faire à l'école. Je crois que c'est surtout une question de bonnes habitudes et d'éducation.

Ce qui me stresse le plus, moi, c'est quand je reçois des enfants qui ont des allergies... J'ai toujours peur qu'une trace de beurre de pinotte ait passé inaperçue lors du ménage: sur un mur ou un jouet, par exemple. Parce que des tout-petits ça lance de la nourriture parfois... Ou ça se sauve en courant avant qu'on soit allés laver ses mains à la salle de toilette... Je réalise que si une allergie alimentaire apparaissait dans la famille, il faudrait probablement bannir complètement l'aliment le temps que les autres enfants vieillissent.