mardi 28 septembre 2010

Le fond des bois... version urbaine et moderne

Mes deux accouchements ont eu lieu dans des chambres du côté est de l'aile des naissances. Les fenêtres y donnent sur un coin de verdure entre deux ailes du bâtiment, au-dessus de l'entrée des médecins. À mon premier accouchement, j'étais placée de façon à ne voir que l'aile d'en face, mais ce que je me rappelle surtout, c'est qu'il faisait merveilleusement beau dehors, avec un ciel bleu et un gros soleil. Cette fois-ci, il faisait très beau aussi, mais ma vue était encore meilleure. Par la fenêtre, je voyais les arbres tout près dehors, et aussi la cîme d'autres arbres au fond du stationnement. Le tout donnait l'illusion que l'hôpital était en pleine forêt, avec encore une fois le ciel bleu et le beau soleil. Pendant environ deux heures, c'était plutôt calme, et cette vision me plaisait. Accoucher au fond des bois, quelle idée grano idéaliste, surtout pour une urbaine pure et dure comme moi (je sais, je n'habite plus en "ville", mais on ne sort pas la ville de la fille, surtout après plus de 30 ans!)... Et pourtant, c'était ça. J'ai eu le meilleur des deux mondes. La sécurité rassurante de l'hôpital et la forêt devant mes yeux.

2 commentaires:

Marie l'urbaine a dit...

Wow ! quel beau billet !
C'est peut-être bizarre, mais ça me fait pense à Anne Frank qui observait le marronnier derrière l'immeuble où elle se cachait... Il a été frappé par la foudre cet été, et une bouture vient d'être plantée à Montréal :)
Que ferait-on sans le bonheur de poser notre regard sur des arbres ? :)

Julie a dit...

Parce que ton billet m'a rappelé des souvenirs, j'ai potiné à ton sujet en fin de semaine.
http://www.la-mere-est-calme.com/2010/10/quand-dimanche-rime-avec-potinage.html