mardi 3 août 2010

Vivement la fin

Déjà à ma première grossesse, je ne faisais pas partie de celles qui vivent leur grossesse sur un nuage et ce, même sans problème de santé majeur (le syndrôme du tunnel carpien ne met tout de même pas ma vie en danger, ni celle du bébé). Cette fois-ci, c'est vraiment pire. Le tunnel carpien est pire et ça affecte tout notre quotidien, des soins au sommeil. Cette nuit, des sensations atroces de brûlure et de démangeaison dans ma main droite m'ont empêché de dormir pendant plus de 3h et j'étais même incapable d'ouvrir le pot d'acétaminophène qui aurait pu m'apporter un certain soulagement, nécessaire au sommeil. Faut le faire.

La fatigue, l'inconfort physique et la frustration due à toutes les limitations que ça implique minent ma patience avec mon grand (moi qui ne suis déjà pas particulièrement patiente). Surtout le soir, quand fatigue et fausses contractions font que je ne veux que me coucher... J'ai tellement l'impression d'être une mauvaise mère, de ne pas lui donner l'affection et l'attention dont il a légitimement besoin. Mais je suis vidée. Les journées où je ne suis pas avec lui, il me manque, car moi aussi j'ai besoin de ma relation avec mon grand que j'aime tant. Mais celles où il est à la maison sont souvent pires, car souvent ce n'est que frustration pour nous deux. Avec mon petit têtu de trois ans, la technique du disque brisé est parfois la seule façon de parvenir à quelque chose, que ce soit de sortir pour aller à l'épicerie, de prendre un bain ou simplement de se laver les mains... Or, ça m'épuise! et ça fait que certaines (pas toutes, mais tout de même trop) de nos journées ne sont que frustration pour tous les deux...

Avec la torture que j'ai vécu cette nuit et la journée pourrie qui a résulté de la fatigue conséquente (et je n'étais même pas seule avec lui, son papa est en vacances, je n'ose même pas imaginer sinon; par contre même la météo était moche, nuisant au moral), c'est bien simple, si je devais décider définitivement aujourd'hui sur le nombre d'enfants de notre famille, ça serait deux, le bébé qui s'en vient serait définitivement le dernier. Je n'en peux plus de cette passe pénible et je n'ai vraiment pas envie de la revivre...

11 commentaires:

marie-pascale a dit...

Oh que je te comprends. J'ai vécu les deux dernières grossesses très amochée par mon problème de séparation de la symphyse pubienne... comme toi, ce n'était pas une grossesse à risque, mais mon Dieu que j'ai souffert jour et nuit.. Si je l'avais vécu aussi intensément au premier bébé j'aurais eu la même pensée que toi, je ne voudrais pas revivre cet enfer une fois de plus... j'ai finalement arrêté à 3 enfants, et ce problème récurrent était un poids dans la balance.

Je comprends aussi tes émotions en ce qui a trait à la relation avec ton fils... dis-toi bien que ce n'est qu'une passe et que tu retrouveras la maman cool e toi dès que ces ennuis seront terminés et que la routine avec bébé sera placée... Ton fils est encore petit, il devrait pouvoir passer par-dessus cette période un peu moins agréable...

Je te souhaite beaucoup de courage!

Anne-Lune a dit...

Pauvre toi! Ce doit être vraiment souffrant! Et d'avoir à s'occuper de l'aîné en plus... Oh lala!

Peux-tu prendre un peu de temps pour toi en soirée, pour faire des choses que tu aimes? Il me semble que de te la couler douce dans un bain une revue à la main (la moins pire!) ou d'écouter un bon film te ferait du bien!

Je te fais un gros câlin! Courage! Il va bien sortir par sortir, ce petit-là! (Au fait, à combien de semaines es-tu rendue?)

Marie l'urbaine a dit...

Je te comprends 100%. Mes grossesses n'ont pas été de tour repos non plus. Et avec un aîné qui demande notre attention alors qu'on ne se supporte pas soi-même... OUCH ! Courage :)

Clo l'écolo a dit...

C'est donc triste que cette situation handicapante vienne briser ton rêve de peut-être avoir plus de deux enfants... en même temps, je peux très bien comprendre : moi ce serait la sempiternelle prise-de-poids-impossible-à-perdre que je serais pas prête à revivre !

Courage ma belle... Je pense très fort à toi ! Je sais bien que ça ne te donne rien dans le concret, mais des fois, quelqu'un qui nous envoie des ondes positives...

xx

Joa a dit...

Sans vivre d'inconfort physique dus à ma grossesse, je me souviens avoir été très impatiente avec Fiston et avoir eu une relation difficile avec lui durant le dernier trimestre. Donne-toi une chance et ne te culpabilise pas! Certains jours, juste «être enceinte» est la seule chose qu'on arrive à bien faire et c'est normal. Les moments de complicité reviendront :-)

Isabelle a dit...

Je ne peux même pas m'imaginer ce que tu ressens (la fille qui a eu deux grossesses de rêve, sans histoires, c'est moi).

De la douleur, de la colère, un deuil d'un état qui aurait pu se vivre autrement, ça en fait à brasser, des émotions.

Moi, je te souhaite que le temps passe super vite et que bébé se décide à ne pas flâner dans ton ventre !!

La Belle a dit...

Ouf c'est difficile à lire tout ce que tu ressens. Je te trouve vraiment très forte de passer au travers tout ce que tu vis avec un premier qui te demande autant d'attention.

Je souhaite que le bébé se décide à sortir un peu plus tôt que prévu afin de te soulager et que tu redeviennes la maman que tu souhaites être !

Lucie a dit...

Merci beaucoup tout le monde de vos encouragements. Ça aide mon moral!

Ça va un peu mieux ce matin. Mais contrairement à ma première grossesse où j'ai été tannée d'être enceinte seulement 3 jours avant d'accoucher (à 39 semaines et 2 jours), cette fois-ci je pense que je suis tannée depuis le mois de juin... Ça commence à être long.

Anne-Lune: j'ai plus de 34 semaines. Donc dans moins de 3 semaines le bébé sera à terme. J'espère que, tout en attendant d'être à terme, il se pointera avant la date prévue officielle... 38 semaines ça serait bien!

Une anecdote qui m'a fait rire (pour montrer que mon moral est meilleur): mon chum m'a dit que je le mettrais dans la m... au travail si j'accouchais avant le 16 août (il travaille la fin de semaine du 14-15 et c'est très difficile de se faire remplacer à la dernière minute une fin de semaine)... Chéri, c'est parce que le bébé ne sera même pas à terme au 16 août, c'est peut-être pas à ton travail que ça serait le pire! Ah les papas... ;-)

Marie l'urbaine a dit...

Ohhh, je viens de lire qu'il ne te reste que 3 semaines... Je voudrais bien quie tu puisses te joindre au pique-nique le 22 ! Nous sommes à 5 minutes de l'hôpital Anna-Laberge, un des meilleurs au Québec pour les accouchements ! :)

Lucie a dit...

On verra Marie... Moi aussi j'aimerais beaucoup y aller! Mais je n'ose plus m'engager, des journées je vais bien mais d'autres non. Et puis il y a la route. Conduire me fait mal aux mains, alors je ne veux pas faire de long trajet sans autre chauffeur ce qui me rajoute encore une contrainte pour planifier des activités "loin"...

C'est drôle, je n'ai jamais envisagé d'accoucher ailleurs qu'à "mon" hôpital (Laval). Même si ce n'est pas le plus près de chez moi, après notre première expérience, nous aimions mieux y retourner et nous sentir en confiance que d'aller ailleurs plus près de chez nous!

caroline a dit...

J'imagine que tout le monde t'a déjà donné des milliers de conseils pour tes symptômes, mais si je peux me permettre, au risque de t'achaler encore plus... Un bon ostéopathe et/ou un bon acupuncteur pourrait possiblement t'aider... Tu ne risques rien sauf un trou de 60$ dans ton porte-feuille...