mardi 31 août 2010

Je suis contente de ne pas être italienne.

On capote parce que le taux de césariennes est élevé au Québec (est-ce 20 ou 25%?). Et on capote avec raison, parce que même si la césarienne est une option utile qui peut sauver des vies et éviter certains problèmes, elle en entraîne d'autres pour la mère (relevailles plus longues et physiquement plus difficiles) et d'importants coûts pour notre système public de santé (hospitalisation plus longue...) qui font qu'elle ne devrait pas être pratiquée sans raison valable. Plusieurs pratiques médicales révolues sont en cause... Je sais aussi que ces dernières années, notre gouvernement a augmenté la rémunération des médecins accoucheurs pour les accouchements vaginaux, de façon à ce que la césarienne ne représente plus un attrait financier pour eux. Cet attrait financier existe ailleurs au monde et donne parfois des taux de césarienne aberrants. Je viens de lire qu'en Italie, ce taux est de 38%! Avec des pointes à 52% et 60% dans certaines régions! C'est épeurant.

7 commentaires:

Valérie a dit...

Il est étonnant de constater que certaine femmes voient la césarienne comme une façon plus sécuritaire d'accoucher que l'accouchement par voie naturelle (je l'ai lu plusieurs fois sur des blogues et des forums de discussions).

Bien sûr, la césarienne a sa raison d'être, mais, comme toute intervention médicale, elle constitue aussi un risque.

Manon a dit...

Personnellement, j'ai eu 4 césariennes (la première étant une césarienne d'urgence) et je ne suis pas d'accord avec le fait que les relevailles sont plus longues pour une césarienne par rapport à un accouchement vaginal.

C'est peut-être le cas pour certaine fille, mais je crois qu'il y a aussi une préconception à cet égard qui porte à amplifier cette croyance...

J'ai vraiment souhaité accoucher naturellement et sans épidural, c'était moins souhait le plus cher pour ma première grossesse. Malheureusement, ça ne s'est pas passé ainsi et j'ai dû l'accepter. Toutefois, j'ai pu constater que les relevailles n'étaient pas aussi pénible et difficile que ce qui était véhiculé comme idée dominante.

Pour ma part, 6 jours après ma première césarienne j'étais suffisamment en forme pour aller au mariage de mon meilleur ami à 175 km de chez moi...

L'an dernier, j'ai accouché par césarienne de mon 4e au début de septembre (oui sa fête est bientôt), ce qui ne m'a pas empêché de faire mes conserves de tomates la semaine suivante.

Je sais qu'il s'agit seulement de mon expérience personnelle et que ce n'est pas la vérité absolue... Mais, je crois qu'il peut être bon d'avoir des exemples de cela à l'occasion, car ça aide à l'acceptation du fait d'avoir eu des césariennes (ce qui semble souvent être mal vu de la part des autres qui ont eu la chance d'accoucher vaginalement). Et ça brosse un portrait moins catastrophique de la césarienne du point de vue de la mère qui en subit une.

Marie-Ève a dit...

J'ai aussi lu qu'à certains endroits aux E-U, ainsi que dans certains pays comme au Brésil, ce taux frisait les 60%. Incroyable! On peut se douter que beaucoup de ces procédures pourraient être évitées, et probablement même qu'il existe une culture permettant de "choisir" d'accoucher par césarienne, ce qui me semble un non-sens total.

Je crois que même ici au Québec, le taux est d'environ 1 accouchement sur 3, même si je ne suis pas certaine... J'ignore quel pourrait être le taux idéal, mais ça pourrait probablement être quelque chose autour de 10%...

P.S. En relisant les commentaires que je t'ai laissés hier, j'ai totalement honte. Ils sont bourrés de fautes d'inattention, j'imagine à cause d'une perte d'habitude d'écrire en français (je travaille aussi exclusivement en anglais), ainsi que parce que je suis si fatiguée et que j'ai essayé de faire (trop) vite. Ça me donne un grand coup: je m'étais juré que le fait d'écrire en anglais ne devrait jamais impliquer que cette langue prenne le dessus sur ma langue maternelle, et je crois que malgré moi ça arrive quand même un petit peu... Quel déshonneur pour une diplômée en maîtrise de lettres françaises de l'Université de Strasbourg!!! :-S

Toutes mes excuses en tout cas. Je crois que ça veut dire que je devrai te laisser des commentaires plus souvent!!!

Lucie a dit...

Mon commentaire de 5 paragraphes vient d'être mangé par un bogue de Blogger. Grrrr.

Marie l'urbaine a dit...

Oh Lucie quand je perds des textes comme ça j'enrage ! Désolée pour toi !!!

Marie l'urbaine a dit...

Concernant ce que Manon écrit - que les femmes qui ont eu une césarienne (pas par choix mais par nécessité médicale) se sentent mal vues, j'ai adoré ce billet de Marianne Prairie : http://marianneprairie.com/maman/2010/06/02/dans-lequipe-c/à
(et en page d'accueil, une cuisinette faite par des parents talentueux !!!)

Lucie a dit...

Pas le courage de réécrire mes commentaires perdus de l'autre soir.

Par contre, le lien de Marie l'urbaine ne fonctionne pas, il y a une lettre de trop, mais comme je le trouvais pertinent le re-voici:

http://marianneprairie.com/maman/2010/06/02/dans-lequipe-c/

Si j'ai du temps libre et qu'il se remet à faire frais, le tout avant que j'accouche, je reviens commenter. Promis.