mercredi 31 mars 2010

Les "cadeaux de Pâques"

Pâques arrive et encore une fois, j'appréhende cette fête.

Quand j'étais petite, j'adorais Pâques et son chocolat... parce que du chocolat, j'en mangeais seulement quelques fois par année: à la Saint-Valentin (et encore! généralement quelques petites gâteries venant de mes parents seulement), à ma fête (je demandais toujours un gâteau au chocolat!), à Pâques, à l'Halloween et à Noël. Entre ces fêtes, c'était vraiment rare.

Pour ma belle-famille, il semble impossible de voir mon fils sans le gâter à outrance, et il semble aussi impossible de ne pas voir mon fils au moindre prétexte possible. Pour Pâques, nous leur demandons de limiter le chocolat à des quantités décentes pour son âge (avec la menace ultime: s'il en reçoit trop, c'est NOUS qui allons le manger!!! En fait, quand il est de mauvaise qualité, il finit à la poubelle, point). Plusieurs décident donc de lui donner un cadeau au lieu du chocolat (mon chum dit que quand il était enfant, on lui offrait le choix entre un cadeau ou du chocolat...). Ça me désespère un peu, car mon fils vieillit et commence à demander des cadeaux dès qu'il voit la famille élargie!! Bonjour les attentes et l'impolitesse!!! Ça me désespère aussi parce que, vous vous en doutez, mon fils ne manque pas de jouets ni de vêtements, avec cette générosité exagérée...

Quoi faire?

Nous essayons d'abord d'orienter cette générosité vers des cadeaux de qualité plutôt qu'une pléthore de bébelles cheap qui vont briser à rien. Quelques pots de pâte à modeler ou de nouveaux crayons de cire pour renouveler son stock, un casse-tête, un livre: des articles pas chers, qui correspondent à ses (nos) besoins du moment... Nous préférons une boîte de 3 petites autos de qualité plutôt qu'un paquet club d'autos cheap qu'il faudra lui confisquer après une heure parce qu'il les a brisées et qu'elle sont devenues dangereuses avec les rebords cassés coupants! Nous profitons aussi du fait qu'il est encore trop jeune pour trouver que des vêtements, ce ne sont pas des cadeaux. Avis, pour cet été, il a besoin de sandales, de shorts, d'un polo, d'une chemise à manches courtes, d'une casquette, mais laissez faire les t-shirts, on en a déjà trop ;-)

Nous ne nous gênons pas non plus pour demander plutôt une contribution à un plus gros cadeau; par exemple, pour sa fête, il a commencé à nous demander un vélo, demande que nous considérons très légitime et pour laquelle nous voulons de la qualité, donc possiblement une dépense un peu coûteuse...

Une chance, certains membres de la famille sont sensibles à la question et le gâtent avec une sortie au jardin botanique ou avec des fruits (mon fils est aussi fou devant un casseau de framboises ou de bleuets que devant du chocolat, profitons-en!). Je compte introduire bientôt la notion de contributions à ses économies... quand il reçoit 8 cadeaux physiques, il ne réaliserait pas vraiment que matante unetelle a plutôt mis des sous dans son RÉÉÉ... mais il l'appréciera sûrement quand viendra sa première facture de frais de scolarité ou de livres de cégep! (ouch!)

C'est plate, vivre dans une telle surabondance. Et dire que je sais que les gens qui sont les plus prompts à le gâter refusent de payer quelques cents de plus pour des articles plus écolos quand ils achètent pour eux-mêmes... j'aimerais bien qu'ils comprennent que de donner un meilleur environnement à mon fils, ça aussi, ça serait un beau cadeau...

12 commentaires:

Super-maman a dit...

Ouf... je comprends...

Quand je n'avais que mon plus vieux, il était le premier petit enfant, alors ça y allait par là côté cadeaux.

Mais depuis, nous nous sommes beaucoup multipliés ;0), et la réflexion a fait son chemin. Nous avons même aboli l'échange de cadeau à Noël !

Marie l'urbaine a dit...

Ahhh je me ses moins seule ! Tu sais comme c'est un sujet délicat pour moi aussi. SOUPIR...
Vous avez plus de "guts" pour exprimer ouvertement vos besoins à la famille. Dans ma belle-famille, ça se terminerait en grosse chicane. Ça ne passe juste pas.
Re-SOUPIR...
Ça me rappelle ce que j'ai déjà osé écrire - sur Noël... http://unefamilledelaterre.hautetfort.com/archive/2007/12/19/causes-recherche-a-reapprivoiser-noel-desesperement.html

Valérie-Ann a dit...

Je comprend et j'approuve l'ensemble de ton billet!

Pendant quelques années nous avons pris soin de parents mentalement déficients. Ils habitaient dans le bachelor de notre maison donc on les voyait tout les jours. Ils adoraient nos enfants. Presque tout les jours ils avaient une bébelle "cheap" à leur offrir. Les sons stridents des jouets musicaux "made in China", les poupées en plastique mou qui perdent un bras juste si on les regarde, et les voitures qui perdent leurs roues si on les fait rouler, on a tout eu. Comment faire comprendre à des adultes handicapés que les petits plaisirs qu'ils offraient à nos enfants étaient nuisible pour nous? On a baissé les bras, à ma grande honte. Il faut choisir ses combats! :)

Lucie a dit...

Super-maman: si tu savais combien j'aimerais qu'on "se multiplie", comme tu dis. Or, dans la branche de la famille où c'est le plus problématique, le prochain de la génération sera notre 2e enfant, et il n'y en a pas d'autre en vue (et notre génération se limite à nous et un autre couple, donc on risque peu d'arriver à une douzaine d'enfants au total comme chez toi!)

Marie: je suis si d'accord avec ton billet sur Noël... dans la famille de ma mère, l'échange de cadeaux durait un bon deux heures quand j'étais jeune, parce que justement, il s'en ouvrait un à la fois! Pendant ce temps là, les adultes sirotaient une bière en plaisantant et nous en profitions pour commencer à jouer avec nos premier cadeaux. À la grande réunion de famille, chaque enfant avait généralement un cadeau des grand-parents et un de chaque couple oncle et tante. Les cadeaux des parents à leurs enfants n'étaient pas donnés à ce moment (noter échange était toujours au jour de l'An; ils avaient été donnés à Noël). Une année, la petite famille d'un de mes oncles s'était donné une tonne de cadeau au Jour de l'An, et je me rappelle m'en être plaint à ma mère qui avait relayé la plainte à ma grand-mère: c'était trop, c'était déplacé!!!

Pour ce qui est de ma belle-famille, ils nous consultent généralement pour le concept du cadeau. Ce qui ne veut pas dire que nous n'avons pas de mauvaise surprise... l'an dernier, une tante voulait donner à mon fils "un bicyle à trois roues (sic)" et j'étais ravie qu'il reçoive un tricycle. Or, c'est plutôt une espèce de moto de police hyper-bruyante (dès qu'il a été couché le soir de sa fête, les piles sont parties pour ne jamais revenir!!!) et mal conçue (ses pieds ne rejoignent pas les pédales...). Il n'a toujours pas de tricycle :-(

Valérie-Ann: puisqu'ils étaient handicapés, je vous comprend d,avoir baissé les bras... c'est plus décourageants avec des gens intelligents qui REFUSENT de comprendre mais qui en seraient parfaitement capables!

Joa a dit...

Moi j'achète un PETIT chocolat à mes enfants et je refuse que les grands-parents en achètent à leur tour. Un c'est en masse non? On mange du chocolat régulièrement ici (un p'tit carré à 70% avec du yogourt pour dessert) alors je ne vois pas le besoin de leur en donner une tonne à Pâques. Ni de cadeau d'ailleurs, je ne vois pas le but!

Lucie a dit...

Joa, le seul but, c'est que les DONNEURS des cadeaux sont contents d'en donner. Les connaissant, il y a probablement aussi une surenchère entre eux ("j'ai donné à Ti-loup un plus gros cadeau que le tien"), ils sont terribles à ce point.

Pourtant, me semble qu'on m'a appris quand j'étais petite qu'un cadeau doit être pensé en fonction de la personne qui le reçoit... Faut croire qu'on a pas tous eu la même éducation...

Ici, mon fils ne mange pas régulièrement du chocolat (on est assez indignes pour manger notre dessert quand il est couché certains soirs...) parce que je veux que ça reste spécial... et parce que, les rares fois où j'ai besoin de lui promettre une récompense pour arriver à mes fins, il faut que j'aie quelque chose qui vaut la peine à lui donner... s'il en a trop souvent ça va devenir ordinaire et ça ne fonctionnera plus!

Mamanbooh a dit...

J'ai lu ton billet il y a déjà quelques jours et j'avais hâte de revenir y ajouter mon petit mot...

Lucie, je te trouve très "forte-authentique-intègre" dans tes croyances et le désir de les faire respecter.

J'ai plusieurs réflexions et les commentaires m'alimentent aussi, je vais donc essayer d'être brève.

Je n'ai pas acheté de chocolat de Pâques, seulement de petits articles comme de la pâte à modeler, des bulles, petites autos/pouliches (pas du "Dollorama")que je mettrai moi-même dans des cocos de plastiques.

Les enfants avaient besoin de vêtements pour la prochaine saison, mon père voulait offrir des chocolats ou une bébelle, je lui ai proposé qu'il finance plutôt une partie de mes achats (ou une contribution pour nos prochains vélos qu'on doit changer!).

Sinon, ma mère va leur offrir de quoi jouer dans le sable (classique, mais toujours apprécié!).

Et, c'est tout!

Pas vraiment de cousins, pas vraiment de famille, mais on va jouer en masse dehors, on va aller voir des animaux et se sucrer le bec (ça aussi, j'ai proposé les frais d'admission comme cadeau, mais j'ai pas eu de preneur...).

*En passant, j'ai un petit tricyle de qualité, mais qui a beaucoup de vécu à donner! :-)

**Au CPE, ils font une campagne de financement en vendant des chocolats de Pâques. L'année dernière, mes enfants en ont donc reçu! Cette année, j'ai tout simplement décidé de donner des $, sans en vendre. :-)

Cindy a dit...

Juste un petit rappel pour te dire que mon blog n'est plus le même :)

Quand je clique sur ton lien Cindy ça m'amène à mon ancien blog :)

Lucie a dit...

Cindy, c'est corrigé! Merci de me l'avoir signalé!

Cindy a dit...

Ça fait plasir ;)

Cristelle a dit...

Les magasins cheap à 1$ je rêve qu'ils disparaissent mais ils se multiplient plutôt. Heureusement, pour les cadeaux des enfants, il n'y a que ma belle-mère qui s'y procure des choses et elle garde la majorité chez elle ma ça me dérange queand même.

Pour les cadeaux à Pâques, j'en recevais régulièrement puisque ma fête est en décembre ça permettait de répartir les "gros achats". Je recevais habituellement un vélo à Pâques et des skis à ma fête/Noël (un seul cadeau pour les 2 occasions, de toute la famille). Bien des jeunes trouvaient que je faisais bien "pitié" d'avoir un seul cadeau alors qu'eux prenaient des heures à énumérer leur liste de cadeaux à leur retour des fêtes.

Lucie a dit...

Cristelle: le cadeau de Pâques est plus ou moins justifié pour mon fils dont la fête est en mai (et il l'était encore moins pour mon chum fêté en juin!)... J'avoue que pour un enfant né en décembre ça fait un bon prétexte pour des jouets d'été (petits, 4-5-6 mois plus tard leurs intérêts ont déjà évolué en plus!)