mercredi 30 juillet 2008

La suce: 2e partie

1e partie

Phase 2: le sevrage


J'ai commencé à sevrer Ti-loup-des-bois à la mi-décembre. Une bonne partie de son sevrage a donc eu lieu pendant le temps des fêtes. Cet horrible moment de l'année où tout le monde veut voir tout le monde et où on bouscule toute la routine des enfants (et des grands) pour pouvoir mieux les gâter (ou se gâter à leurs dépens)... Ti-loup-des-bois n'a pas toujours apprécié, et quoi de plus facile que de donner une suce à un bébé chialeux pour le calmer un peu devant la visite ou lors d'un autre interminable voyage d'auto où, malgré nos efforts pour faire coïncider le départ et le début de sa sieste, il décide de ne dormir que quelques minutes? Dès qu'il a eu deux biberons par jour tous les jours, à nouveau il était capable de garder la suce, et nous lui avons donné plus souvent que je ne l'aurais souhaité. Ce qui a créé une accoutumance... Et en plus...

Confusion sein-tétine (II)

Avec 2+ biberons par jour et la suce fréquemment, il tétait de moins en bien au sein. Une chance que mon plan était de le sevrer et non d'allaiter quelques temps à temps partiel, parce que les boires devenaient moins agréables avec lui qui buvait moins bien. Ça aurait peut-être été différent sans la suce, à un moment autre que le temps des fêtes... Il faut dire aussi que mon fils adore manger; il a complètement changé de courbe de croissance après l'introduction des aliments tellement il mangeait beaucoup! Si on ne le nourrissait pas assez vite, il criait pour qu'on lui en donne plus... Il n'avait donc plus beaucoup envie de lait... Bref, nous étions dans un cercle vicieux où le silicone prenait de la popularité au profit du lait maternel...


Phase 3: post-sevrage


L'hiver a été difficile chez nous. Ti-loup-des-bois était dans une phase un peu pénible pour nous... À la maison, nous avons réussi à limiter grandement l'usage de la suce, mais quand même. Peu à peu, elle lui est devenu essentielle pour s'endormir. Et elle est devenue essentielle pour NOUS pour les changements de couches infernaux (qui le sont toujours...). Si ce n'était que de mon fils, il l'aurait toujours en bouche. Nous préférons toutefois limiter son usage à la maison aux dodos et aux couches.

À l'extérieur, nous lui donnons généralement plus, soit pour l'empêcher de se mettre toutes sortes de choses dégoutantes dans la bouche (poignée du panier d'épicerie...), soit pour l'empêcher de voler la suce des autres quand d'autres bébés sont présents... Jadis, j'avais des préjugés contre les bambins avec une suce; je trouvais que ça n'avait donc pas d'allure que les parents leur donnent encore la suce à cet âge! Maintenant, et en pralant avec mes amies, je réalise que ce n'est pas parce que je vois un bambin dans la rue ou en visite avec une suce, que c'est pareil à la maison ou à la garderie... Ce que je déteste, par contre, c'est qu'après lui avoir donné souvent dans la journée, on doit l'en re-sevrer chaque fois... surtout si on lui a beaucoup donné deux jours de suite, lors d'une fin de semaine à l'extérieur. Maudit!

Je déteste aussi chercher des suces en pleine nuit. Fiston est capable de faire ses nuits d'une traite et, lorsqu'il nous réveille, c'est souvent seulement parce qu'il a perdu sa suce. D'ailleurs, si je voyais en magasin un filet à passer à travers les barreaux de la bassinette, je l'achèterais sur-le-champ, juste pour ne plus avoir de suces qui se ramassent en arrière, près du mur, là où il mon bras est juste trop court pour aller les chercher sans déplacer la bassinette... J'ai donc un "bol à suces" placé près de la porte de sa chambre, en hauteur (sinon il s'en prendrait à la journée longue!), où je pige la nuit. En visite, quand il dort dans son parc, les côtés sont en filet donc les suces ne se sauvent pas!

À suivre...

1 commentaire:

Isabelle a dit...

Ah oui, les )*(?&%$%/%$? de suces qui se perdent la nuit !! Ça aura duré jusqu'à ses deux ans. Moi aussi je limitais l'usage de la suce pour les siestes et la nuit.

À un moment donné, on a simplement dit à Sophie que sa suce n'était plus bonne, qu'on la jetait à la poubelle (devant elle). Je pense qu'elle avait reçu un petit livre en échange...

Heureusement pour moi, François n'était pas de type "suce".