vendredi 8 février 2008

LE casse-tête

Non, je ne parle pas des garderies, quoique ce sujet est aussi LE casse-tête... ex aequo avec le choix d'une préparation pour nourrir bébé, dont je veux parler ici.

Comme je l'ai écrit il y a quelques jours, quand on allaite, on ne se doute pas de la complexité du dossier "biberons". Et c'est tant mieux! Quand on arrête d'allaiter et que bébé a encore besoin de "lait" adapté, le "fun" (ahem ahem) commence...

D'abord, ce n'est PAS du lait. Mais je ne dirai pas à mon fils "viens boire ta préparation pour nourrisson!". Donc, à la maison, on dit "lait". Ici, par contre, je m'amuse avec plein de synonymes: faux lait, pseudo lait, préparation. Pas "formule" qui est un anglicisme ("formula" est le mot en anglais qui désigne cette chose).

Comment choisir quelle préparation donner à bébé? Il y a les grandes marques, dont on peut obtenir un échantillon gratuit en s'inscrivant à leur "club", les marques de magasin et des versions biologiques. Certaines ont des oméga-3, d'autres non. À base de lait de vache ou de soya, ordinaire ou sans lactose, etc. Et si bébé a ente 6 et 12 mois, avec plusieurs marques on a le choix entre "étape 1, 0-12+" et "étape 2, 6-18+". Les prix varient aussi (ce qui doit accélérer le choix chez les moins bien nantis, mais quand on n'est pas trop pauvre, on se pose quand même la question au sujet du bénéfice des omégas 3 contre le supplément de coût...). Comment choisir? Où trouver de l'information?

On peut lire les étiquettes. Mais croyez-moi, juste la longueur de la liste d'ingrédients est assez pour s'enlever l'envie d'en donner à son bébé. Sans parler des ingrédients eux-même. Je suis chimiste, donc les noms scientifiques ne me font pas peur (dans bien des cas, ce sont des vitamines, des acides gras ou d'autres trucs importants--ce n'est quand même pas comme la liste d'ingrédients d'un sac de chips ou d'une bouteille de boisson gazeuse...), mais j'ai quand même dû faire des recherches: vous, connaissez-vous ça, du Crypthecodinium cohnii? du Mortierella alpina? Quant à l'analyse nutritionnelle, elle se ressemble pas mal d'une marque à l'autre pour les préparations de même étape. Par contre, la grande marque N*, par exemple, offre deux préparations à base de lait de vache 6-18+, qui n'ont pas le même contenu en lipides et glucides, entre autres. Qu'est-ce qui est le mieux pour bébé? Bref, les étiquettes (et les sites web des fabricants) n'aident pas vraiment à faire un choix.

On peut téléphoner au numéro 1-800 sur l'étiquette des grandes marques pour parler à leur nutritionniste. Mais tout ce qu'elle peut dire, c'est de consulter le médecin de notre enfant avant d'apporter un changement à son alimentation ou pour choisir une préparation, et que le lait maternel est le meilleur. Je suis d'accord pour qu'ils fassent la promotion de l'allaitement; ça peut peut-être aider à continuer dans le cas d'une maman qui veut arrêter d'allaiter parce qu'elle a des problèmes d'allaitement et pas assez de soutien ou de ressources, mais qui souhaiterait continuer si tout allait bien. Mais quand arrêter est vraiment ce qu'on veut, comme dans mon cas où c'était une décision planifiée, ça serait bien d'avoir de l'aide aussi...

Parce que les médecins ne sont pas d'une grande aide non plus. Honnêtement, j'ai l'impression que les seuls qui connaissent les préparations sont ceux qui en ont donné à leur(s) enfant(s), et qu'ils les connaissent donc plus en tant que parents-utilisateurs qu'en tant que professionnels. Encore là, aucun support au choix de préparation, mais plutôt "mais vous pourriez continuer à allaiter quand même, avez-vous un tire-lait?" ou "vous pourriez allaiter juste le matin, le soir et les fins de semaines?" (oui, j'ai un tire-lait, mais y'a aucun endroit à l'UdeM qui serait approprié pour tirer mon lait le jour, je n'ai pas envie de faire chier tout le monde et moi la première en demandant un "accomodement raisonnable"; pour le temps partiel, ça n'aurait pas fonctionné de toute façon, fiston ne tétait plus bien dès qu'il a eu plus d'un biberon par jour et de toute façon, je fais du labo de chimie, y'a de la biochimie juste à côté de la cafétéria et les étudiants, ça fait pas attention pour deux cennes à ne pas contaminer les corridors, poignées de portes etc., et je ne voudrais pas transmettre à mon fils les cochonneries auxquelles je vais vraisemblablement ête exposée... )

Nous avions éliminé d'emblée les préparations à base de soya (selon un poster à un congrès scientifique où je suis allée quand j'étais enceinte, elles contiennent beaucoup plus de cadmium que celles à base de lait de vache! Et à ce que je sache, le soya n'est pas moins allergène...) et les "spécialisées" (sans lactose, etc), pas nécessaires quand bébé n'a pas de problème de santé. Il restait toutes les autres.

Alors finalement, nous avons choisi la préparation qui nous semblait la meilleure pour fiston, mais sans avoir été guidés plus qu'il le faut. Comme il avait quand même sept mois quand nous avons commencé à lui en donner, et huit quand j'ai complètement arrêté d'allaiter, nous nous sommes dit que de toutes façons, d'une part, il avait eu le meilleur lait --le mien-- pendant les mois où c'était le plus important, et d'autre part, c'était sûrement moins pire que les préparations que son père (jamais allaité) a bu il y a 30 ans, et il n'a quand même pas trop mal tourné...

EDIT: J'ai presque oublié de vous parler de la seule personne qui m'a vraiment aidé un peu dans mon choix: il y a dans ma famille élargie une éducatrice en garderie et elle m'a dit "les bébés qui boivent la marque N* sont ceux dont les cacas puent le moins". Ça m'a été plus utile que tout ce qu'ont dit médecins et nutritionnistes...

5 commentaires:

Renée-Claude a dit...

De mon côté, devant le trop grand choix et nos revenus limités, j'y suis allée "au goût" !!!

Hé oui, j'ai pris celui qui, dans les moins chers, goûtait le moins méchant !!! Hi ! Hi !

Petit Lou l'a bien aimé aussi !

Lucie a dit...

J'aime bien ton critère de choix! :-)

"Le moins méchant": tu as bien raison, ça a un goût dégueu ces affaires-là! Quand je disais que ce n'est pas du lait... c'en est une autre preuve! ;-)

Isabelle a dit...

J'avoue que dans mes moments de découragement d'allaitement (généralement quand bébé avait 3 mois et que j'allaitais toujours aux deux heures jours et nuit...), je me plantais devant l'étalage des préparations et je lisais les ingrédients... ça me remontait le moral un peu et je revenais à la maison un peu plus convaincue que je faisais la bonne affaire. :)

Cependant, mon "plan" est d'arrêter l'allaitement vers 10-11 mois et j'espère ardemment avoir rencontré l'allergologue avec fiston avant pour vérifier s'il pourrait être entre autres allergique au lait ou au soya.

Pour Sophie, j'avais débuté directement avec du lait de vache à 11 mois. J'espère faire la même chose avec François; sinon, je reviendrai lire ton billet.

Marie l'urbaine a dit...

As-tu vu les nouvelles préparations... bios ? On m'a dit que ça exisait, j'en revenais pas ! Moi qui ai eu besoin de ces préparations le temps de guérir mes seins quand fiston a eu 7 jours, j'aurais aimé avoir le choix du bio !

Sinon tu m'a rappelé mes dilemmes de l'époque (pas si lointaine !)

Lucie a dit...

Isabelle: si j'avais pris un plus long congé, j'aurais aussi essayé de n'arrêter que vers 10-11 mois pour "sauter" les préparations... Peut-être la prochaine fois!

Marie: J'ai vu deux marques bio, My organic baby et Choix du Président.