mardi 17 mai 2011

Huit mois, and counting!

Mon beau P'tit Chou a huit mois aujourd'hui. Déjà!

Le silence radio vous indique que je ne sais pas où donner de la tête dans le monde réel... Avec deux enfants à la maison, les journées sont bien remplies. SI je considère seulement P'tit CHou, je trouve cette période plus facile cette fois-ci. Entre sept et onze mois, nous trouvions ça particulièrement difficile avec notre premier. Cette fois-ci, même si certains aspects sont techniquement plus complexes et je pense particulièrement à l'alimentation (vivement que notre bébé mange comme nous, question de ne plus avoir à gérer ses repas en plus des nôtres!), la vie avec notre bébé nous semble de plus en plus agréable. Il y a une part d'influence des saisons; à cet âge pour Ti-loup-des-bois, un hiver très neigeux rendait toute sortie impossible en poussette et pénible en auto et son papa, en congé avec lui à la maison, avait du mal à caser des sorties dans les deux demi-heures par jour où bébé ne dormait pas et n'était pas en train de manger ou autre élément de la routine... alors qu'en ce printemps, c'est plus facile, surtout les jours ensoleillés. De plus, notre grand était déjà trop grand pour la coquille d'auto, ce qui rajoutait un degré de complication, alors que son p'tit frère est juste assez plus petit pour étirer cette phase facile où ses dodos peuvent coïndier avec les commissions... Il y a peut-être aussi leur personnalité différente. Mon beau P'tit Chou qui grandit... Ses expressions adorables, son babillage (plus abondant et plus diversifié que celui de son frère au même âge... Celles qui connaissent mon grand comprendront que nous sommes un peu inquiets à l'idée d'avoir une deuxième pie dans la famille! À moins qu'ils ne parlent entre eux, lissant un peu de répit à nos oreilles?), son petit air de lutin, son intérêt pour tout ce qui l'entoure. Mon petit trésor.

J'allaite encore mon beau bébé. Je m'avance donc en terrain inconnu, puisque j'avais graduellement sevré son frère entre sept et huit mois. Je croyais a priori que les dents de bébé seraient dérangeantes pour la poursuite de l'allaitement (les deux premières de mon grand étaient à peine sorties quand je l'ai sevré, donc je n'avais pratiquement pas allaité avec des dents). Il n'en est rien; c'est plutôt l'éveil propre à son âge qui ajoute du défi! Allaiter un petit curieux qui se laisse distraire par tout et par rien, même lorsqu'il est assoiffé, c'est du sport... Surtout quand le petit curieux a un grand frère à la maison la plupart du temps, toujours prêt à venir le divertir, même quand ce n'est pas le moment!

Mon objectif initial, soit d'allaiter jusqu'à dix ou onze mois de façon à ne pas avoir à préparer de biberons (mon lave-vaisselle est déjà plein chaque soir... pas question d'en rajouter!) et à ne pas utiliser de préparations, tient toujours. Mon intuition qu'allaiter plus longtemps que ça ne serait pas pour moi tient aussi... La moindre journée occupée (visite à la maison, sortie en visite ou magasinage) distrait P'tit Chou qui boit moins, ma production baisse, c'est quasi-impossible de trouver deux ou trois jours tranquilles ensuite pour faire boire mon bébé plus souvent et rétablir la production. Et c'est quelque chose à gérer... Je crois que, comme la première fois, la fin de l'allaitement ne sera pas une étape négative pour moi, mais bien un passage vers autre chose, comportant son lot d'avantages. En attendant, quand nous réussissons à trouver un moment tranquille, nous en profitons pleinement.

2 commentaires:

Manon a dit...

Bravo ma chère!

Moi, je crois que lorsque la production de lait diminue parce que bébé est trop intéressé à d'autres choses, oui il est temps de passer à une autre étape :) Comme un signe donné par le bébé lui même. Je crois qu'intuitivement tu le prends un peu de la même façon ce qui rend le sevrage positif.

Prenez soin de vous en attraper les rayons de soleil quand ils passent, ça recharge les batteries!

Clo l'écolo a dit...

Moi aussi j'ai aimé le sevrage: quel gain de liberté ! :0)