jeudi 27 janvier 2011

La vie familiale à quatre

J'ai déjà écrit ici que je trouvais plus facile l'arrivée de mon deuxième enfant que celle du premier. C'est resté vrai... tant que le papa était en congé de paternité. Depuis son retour au travail, je trouve ça beaucoup plus demandant de gérer une famille avec deux enfants, surtout que mon grand ne va à la garderie que deux jours par semaine. C'est d'ailleurs parce que c'est si "rushant" que je n'ai pas encore écrit sur le sujet, bien que j'aie ce billet en tête depuis de nombreuses semaines...

Le souper est le premier exemple qui me vient. Avec un seul enfant, tant que celui-ci n'est pas assez vieux pour manger avec ses parents, faire le souper n'est pas si stressant. Aucune contrainte alimentaire liée à l'enfant (pas trop piquant...) et surtout, pas vraiment de contrainte d'heure non plus. Bébé est demandant, pas le temps de cuisiner? Pas grave, je cuisinerai quand papa rentrera et prendra bébé! Quand mon grand était bébé, nous avons ainsi souvent soupé tard. Ti-loup-des-bois se couchait toujours à 20h et parfois, nous choisissions de manger une fois qu'il serait couché, pour manger ensemble et tranquillement. C'était pratique aussi: papa rentre vers 18h, moment où maman peut enfin commencer le souper (car papa veut voir son bébé qu'il n'a pas vu de la journée et maman veut un break dudit bébé après avoir passé toute la journée seule avec lui!) pour le mettre au four de façon à ce que ça soit prêt... plus tard... 20h, c'est bon! Avec un bambin en plus du bébé, pas question de souper à 20h et plus, sans quoi le bambin ne sera pas couché avant la fin de la soirée et les parents n'ont plus de temps "d'aldultes". Ces temps-ci, préparer le souper est mon principal accomplissement au quotidien (c'est décourageant et frustrant, mais c'est la réalité!). J'essaie qu'il soit prêt pour 18h30 (ce qui est très tard pour bien des familles, mais avec ma gang de couche-tard/lève-tard/rentre de travailler tard, difficile de faire plus tôt). Pour y parvenir tout en subvenant aux besoins immédiats des deux enfants, je dois commencer toute préparation beaucoup plus tôt que nécessaire, en prévision des innombrables interruptions. Encore là, parfois nous soupons plus tard, retardant le dodo des enfants...

Faire des commissions est un autre exemple. Avec juste un bébé, facile, on l'assoit dans son siège d'auto et on part. Il suffit de toujours garder la poussette ou le chariot d'épicerie en mouvement pendant qu'on regarde les produits ou qu'on discute avec les commmis, ainsi que de prévoir un endroit où allaiter éventuellement. Mais bébé reste tranquillement dans son siège. Bon, j'avoue, ce n'est pas nécessairement si facile. Certains bébés sont plus exigeants en termes d'activités et certains commerces sont tellement encombrés qu'y circuler avec une poussette est tout un défi. Mais de toute façon, ajouter un bambin dans l'équation complique la chose exponentiellement. Un grand de trois ans, ça veut toucher à tout, ça a éventuellement besoin d'aller aux toilettes, ça trouve ça plate, ça ne veut plus être debout ou marcher tout à coup... À cet âge, magasiner n'est pas de tout repos. Il existe plusieurs solutions: magasiner pendant les journées de garderie (mais il y a TANT d'autres choses aussi que je ne peux réalistement faire que pendant les journées de garderie!!!), faire garder le grand (SI on a une gardienne disponible) ou laisser le grand à la maison avec papa la fin de semaine. Cette dernière solution implique de magasiner avec bébé la fin de semaine, alors que les magasins débordent... et qu'on voudrait être toute la famille ensemble, pour profiter que papa n'est pas au travail! Peu importe la solution choisie, on finit par faire les commissions nécessaires, mais c'est plus long et plus frustrant qu'avec un seul enfant. (Avant qu'on me fasse le commentaire: OUI, j'achète dorénavant beaucoup de choses en ligne, mais ce n'est pas toujours une option... et réussir à s'assoir à l'ordi pour magasiner en ligne peut être un défi aussi!)

En ce moment, j'ai bien hâte d'apprendre à mon beau P'tit Chou de 4 mois à s'endormir seul, car nous trouvons pénible de devoir l'endormir pour chaque sieste, soit au sein (avec risque de réveil dès qu'on le "déplogue" et pleurs conséquents; il me faut souvent 3-4 essais pour l'endormir ainsi et parfois plus) ou à force de berçage pendant de nombreuses minutes, avec pleurs au début. Mais lui apprendre à s'endormir seul implique potentiellement quelques soirs (2-3) de pleurs prolongés auxquels on ne veut pas exposer le grand frère qui devra s'endormir lui aussi... Encore une situation plus complexe avec le deuxième.

Je pourrais continuer ainsi longtemps, mais je crois que ces exemples illustrent bien la complexité dont je parle. Je ne veux pas me plaindre non plus; il y a généralement moyen de s'organiser, de trouver des trucs. Je voulais juste exposer ce fait. Le premier enfant bouleverse généralement la vie de ses parents, c'est connu, on s'y attend. Mais je ne m'attendais pas à ce que la logistique avec deux enfants présente autant de nouveaux défis.

4 commentaires:

Marie l'urbaine a dit...

Amen !

Il y aurait tant d'exemples à donner, hein ?

On dit souvent qu'au premier on ne distingue plus le jour de la nuit, qu'on est en état permanent de zombie, etc. Avec un 2e, le 1er est là, lui, avec son horaire, ses besoins. On est encore plus fatigués, mais il y a une routine minimale à respecter ! Au premier je dormais à l'heure du souper si bb dormait. Là, ce fut quasi impossible...

Pour les soupers, ne t'en fais pas, avec mon épuisement qui est venu clore tristement mon congé de maternité et mon chum très pris par son doctorat et les 2 enfants, et les 2 congélateurs dont on a dû jeter tout le contenu, ce sont des plats préparés ou d'une simplicité désarmante ici (ex. des tortellinis et de la sauce tomate, des pizzas arméniennes achetées à l'épicerie et une salade vite faite), si ce n'est pas de la commande au resto, et ce, depuis des mois...

Et on a toujours soupé entre 18h30 et 19h30 :)

Après, on se demande comment on gèrerait notre vie avec 5 enfants ou plus, comme les incroyables JulieJulie et Grande dame ! :)

Joa a dit...

Le souper, les commissions et l'épicerie: j'ai vécu exactement les mêmes choses quand j'ai eu mon 2e. J'avais l'impression d'être incapable d'accomplir aucune tâche ou activité avec les deux et c'était souvent le cas!... Je m'étais imaginée que donner le bain à 1 ou à 2 ça ne devait pas changer grand chose... je me trompais tellement! Haha!

Enfin, aujourd'hui je me débrouille quand même super bien, je suis contente de moi. Les enfants grandissent...

La Belle a dit...

Je me reconnais tellement!
Lorsque j'ai gardé mon fils à la maison pour l'été alors que ma fille n'avait que 4 mois... Ouf c'était toute une organisation!

Je ne faisais plus l'épicerie avec les enfants d'ailleurs! ;-)

Lucie a dit...

Je me doutais bien que je n'étais pas la seule!

Ces temps-ci, c'est encore plus frustrant car plusieurs amies ont fini leur famille depuis un bout et leur plus jeune a 2-3-4 ans... Elles recommencent donc à souffler UN PEU. J'essaie de profiter de mon bébé tout en les enviant! :-S