samedi 14 août 2010

Des contractions? Quécéça?

À ma première grossesse, j'ai ressenti très peu de contractions. Je me rappelle de deux ou trois occasions ici et là dans ma grossesse où mon ventre était devenu très dur au terme d'une bonne marche ou d'une période debout prolongée. Je me rappelle aussi d'une journée à la toute fin où j'avais mal au ventre dès que je me levais, mais où en restant étendue je ne ressentais plus rien. J'imagine que c'étaient de "fausses contractions", celles "de Braxton-Hicks". À part ça, une sensation ressemblant à des crampes menstruelles très légères quelques heures avant de finalement crever les eaux, et finalement, oui, j'ai senti le travail actif (difficile à manquer!). Mais même entre les deux, à l'hôpital, pendant quelques heures après mon arrivée et avant le début du travail actif, le moniteur indiquait des contrations régulières, mais je ne sentais rien.

Cette fois-ci, jusqu'à maintenant, c'est très différent. J'ai de fausses contractions à presque rien, dès que je marche un peu par exemple. C'est vraiment désagréable. Par contre, je pourrais rarement dire exactement quand elles commencent ou finissent. Quand je pense à l'accouchement, je me sens vraiment comme une débutante, je n'ai pas du tout l'impression "d'avoir de l'expérience" ou de savoir où je m'en vais. Si je ne crève pas les eaux en premier (ce que je souhaite, car il paraît que c'est beaucoup moins douloureux!), comment savoir que l'accouchement est imminent? On entend parfois parler de femmes qui ont de fausses alertes, qui se rendent à l'hôpital pour finalement rentrer chez elles après quelques heures sans que rien ne soit arrivé... Avec déjà un bambin à la maison, et puisque j'habite plus loin qu'avant de mon hôpital (et que mon chum travaille encore plus loin!) ce scénario ne m'intéresse pas du tout!

Être un parent, c'est beaucoup d'incertitude, mais je la gère généralement assez bien. Pour l'accouchement, par contre, ça m'embête plus!

8 commentaires:

Valérie-Ann a dit...

Je ne peux pas parler de mon expérience, parce que j'en ai pour ainsi dire pas, avec deux césariennes programmées... Mais ma belle-mère, elle, ne sentait pas du tout ses contractions: seulement un "grattement" dans le bas de son dos. À son deuxième, mon chum, elle ressent le grattement, appelle son doc, qui lui dit d'accourir aux urgences, mais elle a pas eu le temps de se rendre: elle a accouché dans l'auto, sur la côte de la 117 à St-Antoine, en s'en allant à l'hôpital de St-Jérôme! Pratiquement sans rien sentir! La chanceuse! ;)

Lucie a dit...

Chanceuse de rien sentir mets-en... mais j'espère quand même ne pas accoucher sur la 117, la 15 ou pire, la 440!

Mamanbooh a dit...

Je me rappelle cette période d'incertitude...

Quand on a déjà un petit à la maison, l'organisation est plus compliquée. On doit avoir des plans A,B et C.

Moi, j'ai toujours sentie toutes mes contractions et pour mon premier accouchement, c'était tellement long que je suis retournée à la maison (il n'y avait pas de place pour moi de toute façon!).

Pour mon deuxième, je me suis dit que j'irais à l'hôpital le plus tard possible!

Mais, ce fut tellement rapide que j'ai dû attendre, en pleine contractions pcq le médecin n'était pas là et je n'ai pas pu recevoir l'épidural que je souhaitais.

Bonne chance!

Lucie a dit...

Un peu partout, ils disent d'aller à l'hôpital le plus tard possible... Mais quand on habite à 40 min? (bon OK 30 s'il le faut mais...)

Une de mes amies a un frère ambulancier, et à son 2e ça a été si vite qu'après ça, elle nous recommandait de ne pas attendre trop si on ne voulait pas que ça soit son frère qui nous assiste pour accoucher ;-)

J'ai été chanceuse à mon premier, c'était super tranquille à la maternité ce jour-là. Ma doc (résidente) et sa patronne ont été là tout le temps de la poussée, pendant 3h, on peut dire que c'est elles qui attendaient après moi!

Marie l'urbaine a dit...

Je te souhaite aussi de perdre d'abord les eaux et de te rendre avec une zone de confort dans le temps (i.e. que le travail actif commence quand tu auras fait ton "inscription - c'est quoi donc le mot ?).
J'ai une amie qui a accouché par terre dans sa chambre aussi, cet hiver... en présence d'ambulances et de policiers ! Ça s'est passé trop vite ! :)
Je compatis en tous cas, gérer le gardiennage du 1er quand on accouche du 2e... ouf. Je n'avais pas accouché que j'avais déjà hâte d'être revenue à la maison...

Lucie a dit...

Marie, je souhaite quand même ne pas perdre les eaux en 1er, il paraît que le travail actif est moins douloureux si on n'a pas perdu les eaux... Mais bon, on ne décide pas ça hein? ;-)

Marie-Ève a dit...

Moi aussi c'est pareil, j'ai beaucoup de "fausses" contractions pour cette 2e grossesse, et ce depuis environ 16 semaines... Pas très l'fun...

Et j'ai aussi perdu mes eaux avant... Ainsi que ma soeur. J'ignore si ça va arriver encore, il paraît que ce n'est vraiment qu'une minorité des accouchements. Je n'ai commencé à ressentir des contractions que 2 ou 3 heures plus tard. Je ne pourrais pas dire si le travail est plus douloureux ou pas, par contre... Tout ce que je sais c'est que c'était plutôt du genre "extrêmement désagréable" que "insupportable mon dieu je vais mourir". Je n'ai pas eu de péridurale; par contre mon travail actif n'a duré que 3 heures, ce qui fait que ça aurait probablement été bien différent si j'avais eu à endurer ça pendant 12, 16, 24, ou 36 heures!

Lucie a dit...

Marie-Ève, j'ai lu moi aussi que c'est environ 10% des accouchements seulement où le 1er signe est la perte des eaux. Parfois je me demande s'il y a une composante génétique par contre, soit pour la mère ou pour le bébé, car c'est comme ça que ça s'était passé pour ma mère et pour ma belle-mère... C'est peut-être juste une coïncidence aussi. Par contre j'en connais, dont une de nos cousines, qui l'ont vécu à un accouchement et pas à l'autre. Je garde donc espoir!