jeudi 12 novembre 2009

Deux ans et demie

Trente mois. Je suis plus en amour que jamais avec mon petit "smatte" qui parle beaucoup, qui se rappelle de tout, qui répète les expressions des grands. Il a presque achevé la conquête de la toilette, ses dessins ont évolué (ce sont encore des "barbouillages", mais plus détaillés qu'avant!), sa motricité aussi. Wow! Grandir, c'est quelque chose!

Il y a des moments difficiles. Le "non" a beaucoup cédé la place au "moi su capab'", un autre genre de défi. D'autre part, quand on lui donne une latitude, il ambitionne toujours d'en avoir plus et c'est donc un enfant avec qui il faut des balises précises et une bonne dose de fermeté. C'est difficile de ne pas pouvoir faire de petits spéciaux avec lui (un co-dodo, un souper dans le salon...) sous peine qu'il l'exige ensuite au quotidien... De plus, il est toujours aussi explorateur et casse-cou. Presque plus rien ne lui résiste dans la maison depuis qu'il a le réflexe d'amener sa chaise pour grimper quand il veut atteindre un objet en hauteur. L'organisation matérielle de la maison est donc cruciale pour sa sécurité et pour me permettre de lui laisser un peu d'autonomie.

Mais il y a tant de beaux moments pour compenser. Mon fils me fait sincèrement rire (bon, probablement un peu parce que c'est le mien, j'avoue...) avec son humour de petit bonhomme. En une heure d'auto, il peut inventer toutes les sortes de lait qui n'existent pas pour me faire réagir avec surprise et/ou dégoût (et plus je réagis, plus il rit!). Du lait aux branches, du lait aux autobus, du lait aux nuages, du lait aux bottes: le bar laitier de son imagination n'est pas à court de saveurs. Ce genre de jeu l'amuse énormément; c'est toujours le même principe ("inventer" des variantes loufoques de ce qu'il connaît) mais ça a un succès fou!, Les jeux de "faire semblant" remplis d'imagination font aussi partie de notre quotidien, pour notre plus grand bonheur.

Je suis certaine que j'oublie plein de choses que je devrais écrire ici, mais il y en a une que je ne peux pas oublier, c'est l'amour que j'ai pour lui. Être une maman, ce n'est pas toujours facile, c'est même très exigeant je trouve. Par contre, en arrêtant de travailler à l'extérieur, je me suis donné le temps de profiter des bons côtés de la maternité, au lieu de les voir de loin en étant trop occupée avec la survie et la discipline. Mon amour pour mon Ti-loup-des-bois est plus fort que jamais...

2 commentaires:

Clo l'écolo a dit...

Comme c'est touchant de te lire !

C'est vrai, être maman c'est exigeant ! Heureusement qu'il y a des compensations, hein ? :0)

Il est bien allumé ton petit grimpeur. Adorable !

Profite bien de ces moments précieux en sa présence. Vous forgez une relation dont la solidité est essentielle pour traverser les moments plus difficile de la vie. La phase du non et du "je suis capable" sont juste des pratiques ! ;0)

Sérieusement, mon plus vieux ayant maintenant 13 ans, je suis soulagée de voir que j'ai sa confiance. Il me parle de ses amours, sa colère, tout ce qu'il vit en dehors de "nous". Je ne savais pas si j'avais démontré assez d'"amour" pour créer ce lien et ça me fait tellement de bien de voir que malgré les difficultés au fil des années et mes nombreuses pertes de patience, il sait qu'il peut compter sur nous !

C'est une bonne idée de venir l'écrire ici. Ça leur fait du bien de nous lire quand ils veulent connaître leurs origines ou quand ils ne savent plus trop où ils en sont ! :0)

Marie l'urbaine a dit...

Ohhh c'est une vague de bonheur ce billet ! Je suis moi-même dans une passe où mon coeur déborde d'amour et d'émerveillement pour mon garçon. Les saveurs de lait, ce serait son genre aussi. Quel plaisir de partager ces fantaisies avec eux.
:)