lundi 26 octobre 2009

L'anonymat des blogueuses

Je profite de la réflexion de Super-Maman pour présenter quelques observations récentes sur l'anonymat des blogueuses. Je réalise que cet anonymat est relatif et que des brèches s'y ouvrent facilement.

Au fil du temps, j'ai rencontré plusieurs blogueuses avec lesquelles j'ai des affinités (évidemment le lancement de la web-série de Mère indigne a beaucoup aidé, j'y ai rencontré plus d'une dizaine de copinautes d'un coup!). En personne, plusieurs barrières tombent quand on a des affinités. Je ne publie pas de photos de ma famille et moi ici et je n'écris pas nos noms à cause des lecteurs "silencieux" (qui ne commentent pas, que je ne connais pas), mais ça me fait toujours plaisir de rencontrer celles que je commence à connaître et à apprécier par leurs commentaires. C'est alors qu'on utilise nos vrais noms et ceux de nos enfants, qu'on se présente nos enfants, qu'on devient de "vraies" amies, plus seulement des copinautes. Jusque là, l'anonymat du blogue est préservé, à part pour celles qu'on a rencontré, mais c'est un peu comme donner l'adresse de son blogue à une amie qui ne vient pas du web... Ça peut créer une petite brèche dans l'anonymat (si notre amie-blogueuse-rencontrée-en-vrai parle de nous à quelqu'un d'autre, possiblement une autre blogueuse, et entre mamans, ça finit toujours par arriver: "j'ai une amie qui a essayé X avec ses enfants et bla bla bla..."), mais si je me fie à mes rencontres avec mes copinautes, quand on parle d'une autre blogueuse qui n'est pas là, on utilise son pseudo à moins de la connaître toutes les deux. Le respect qui s'exeerce en ligne demeure en vrai, mais on n'est pas à l'abri des échappements occasionnels.

L'étape suivante, de façon classique, est de devenir l'amie Facebook de ses copinautes-amies. Et c'est là que s'ouvre une plus grande brèche. Quand on est l'ami Facebook de quelqu'un, on voit qui commente ses statuts et ses photos et on voit sa liste d'amis. Liste d'amis qui contient souvent d'autres blogueuses... Ainsi, par pur hasard, j'ai fait le lien entre des blogueuses que je connais peu en ligne, que je n'ai pas rencontrées et dont je ne suis pas l'amie Facebook (certaines que je connais de pseudo pour avoir vu leurs commentaires ici et là, d'autres que je lis occasionnellement...), et leur identité réelle sur Facebook, soit parce que leur pseudo de blogue ressemble à leur prénom quand ce n'est pas un prénom courant, soit par leurs photos de blogue et de Facebook où elles se ressemblent (quand ce n'est pas carrément la même photo pour leur profil ici et leur avatar là). Ouf, c'est compliqué à expliquer, me suivez-vous?*

Tout ça pour dire que dès qu'on brise un tout petit peu notre anonymat, il se brise souvent plus qu'on pense. Est-ce un problème? Plus ou moins... Si on en est consciente, ça aide déjà car on peut choisir d'en mettre plus ou moins sur son blogue et sur Facebook. Il faut toujours penser, blogue ou pas, que le monde est petit et que Dieu sait laquelle de vos connaissance est amie Facebook de vos amies Facebook sans que vous ne le sachiez et qui finira par lire tous vos commentaires parfois niaiseu sur les statuts de l'autre... Il y a aussi une question de confiance en ses amies Facebook et là, c'est la même chose que dans la vraie vie: en général tout va bien, mais on n'est jamais à l'abri d'une mauvaise rencontre. Qui ne connaît pas d'histoire de la vraie vie où quelqu'un(e) s'est fait présenter un prospect (collègue de travail ou beau-frère d'une amie...) qui s'est avéré un citron? Ça arrive, mais si on a "de bonnes fréquentations" (pfff... quelle expression démodée), ça ne devrait pas arriver trop souvent...

*Ajout: j'ai oublié d'écrire une partie de ma réflexion! Il arrive aussi de plus en plus souvent que des blogueuses soient interviewées par des journalistes pour des articles de journaux ou de magazines ou pour des reportages télévisés. Parfois, on mentionne leur prénom ou nom complet ET le nom de leur blogue, même lorsqu'elles bloguent sous un pseudonyme. Même quand c'est juste le prénom, avec Facebook en prime, le nom de famille n'est souvent plus difficile à trouver via les amies de nos amies. Encore des brêches dans l'anonymat!

Certaines diront qu'il faut être fan finie des blogueuses pour rassembler toutes ces pièces de puzzle (oui et non; pour ma part, j'étais connue à l'université pour mon esprit de synthèse, c'est dans ma nature de remarquer des liens subtils!) et que ça ne sert pas à grand-chose à moins d'ëtre mal intentionné. C'est plutôt vrai. Il y a toutefois des exceptions qui, sans être nécessairement mal intentionnées, peuvent être dérangeantes; voir le commentaire d'Isabelle ici...

2 commentaires:

Mamanbooh a dit...

Toute une réflexion...

J'ai justement la même photo de présentation sur Facebook que sur mon blog!

En commençant à bloguer, je ne voulais pas nommer mes enfants et ainsi les protéger, mais je n'ai jamais pensé à moi.

Sauf que des fois, j'ai le goût de chiâler en titit et je me retiens. J'ai même pensé commencer un nouveau blog pour faire mes commentaires sans censure... À suivre!

La Belle a dit...

Wow, quelle analyse et synthèse très bien écrite et réfléchit aussi !

C'est vrai que parfois on ne fait pas attention et que les brèches sont plus ouvertes que nous le croyions.

Dans mon cas je réalise que je suis plus ou moins anonyme finalement!