vendredi 25 septembre 2009

Est-ce beaucoup ou trop?

Quand j'ai inscrit mon fils à son actuelle garderie, une des cases à cocher dans les pages des questionnaires (au pluriel) était "J'accepte que mon enfant mange des sucreries à l'occasion (ex.: gâteau pour la fête d'un ami); oui ou non". J'ai coché oui en tant que mère raisonnable qui sait bien qu'en autant qu'on mange santé au quotidien, une petite gâterie à l'occasion n'est pas mauvaise.

Mon problème vient de la définition de "à l'occasion". Quand j'ai coché ça, mon fils arrivait d'une garderie où il était encore à la pouponnière avec seulement 4 autres bambins dans son groupe. Cinq gâteaux par années, bof, y'a rien là! Mais la réalité est toute autre. Ajoutez l'éducatrice principale et les 2-3-4 autres qu'il voyait souvent, plus les fêtes du calendrier, plus certaines activités comme peindre avec du pouding comme peinture, plus le fait qu'il est maintenant dans un groupe de 8 vu qu'il est plus vieux et que son groupe partage son local avec un groupe de 6 (allez servir du gâteau à une seule tablée dans un tel cas!) qui a aussi 1-2-3 éducatrices... Qu'est-ce que ce sera à l'école dans une classe de 20?

Déjà qu'à la maison, avec tous les anniversaires de la famille élargie et vu que nous y fêtons aussi les fêtes du calendrier et parfois 2-3 fois plutôt qu'une (une fois avec la famille de maman et une avec chaque famille de papa dont les parents sont divorcés). Déjà qu'à Noël, c'est le free-for-all pendant deux semaines au point où on finit par rêver d'un souper de grilled-cheese et de soupe Campbell en cacanne...

Tout ça pour dire que ça fait beaucoup d'occasions de fêter, trop même. Au point où une fête n'est plus quelque chose de spécial, mais juste un autre élément de routine. Ou peut-être est-ce juste ma vision d'adulte?

Je trouve aussi qu'on exagère dans l'amplitude des fêtes. Quand j'étais enfant, nos fêtes étaient soulignées à l'école par une chanson, une carte, un tableau noir décoré en rentrant le matin ou des petites babioles souvent liées au milieu scolaire (comme des autocollants ou des gommes à effacer fantaisistes) ou quelques-unes de ces gâteries, mais à mon souvenir, pas par un gâteau... Nous vivons à une époque ou on a trop de tout, où le gouvernement modifie le guide alimentaire pour nous inciter à manger "moins mais mieux" alors qu'il avait été créé pour inciter les gens à manger plus d'aliments nutritifs. Dans le même esprit, faudrait-il "slaquer" un peu sur les festivités? Pas pour être plate, juste pour bien en profiter quand on fête, pour que ça reste (ou que ça redevienne) spécial...

6 commentaires:

Isabelle a dit...

Tu iras lire ma saga du muffin (qui était pour une fête d'enfant en classe, aujourd'hui!).

Ton billet est três inspirant. Je pense que la relation qu'on a avec la nourriture est très paradoxale. Je ne sais pas si on s'en va dans la bonne direction...

Lucie a dit...

Isabelle, je pensais au contenu de ce billet depuis quelque temps, mais c'est ta saga muffin qui m'a poussé à l'écrire ce soir... Je me disais en te lisant et en lisant les commentaires à ton billet: combien de fois par année cela va arriver?!?

Renée-Claude a dit...

Hum... la nourriture a toujours fait partie des festivités...

Mais comme tu dis, pour que ça reste des festivités, il faut quand même que ça ne soit pas trop fréquent !!!

Peut-être que ça vaudrait la peine de soulever la question auprès du personnel de la garderie, si tu te sens à l'aise de le faire. Sinon, une petite lettre anonyme, peut-être ? Sais pas... je lance ça comme ça.

Personnellement, je ne suis pas très regardante pour la nourriture. J'ai cessé de compter les portions de mon petit monde depuis longtemps ! Mais rien ne dit que j'ai tort ou raison de faire cela... Je les sensibilise, mais sans plus.

Je te souhaite de trouver un juste milieu confortable... :0)

Jane a dit...

C'est vrai qu'on a beaucoup de festivités durant l'année... Reste qu'en fin de compte, c'est à toi de choisir la façon dont tu veux souligner ces fêtes ou festivités. Surtout si on parlent de bouffe :)

Marie l'urbaine a dit...

Ta réflexion m'interpelle, tu ouvres le débat à la bouffe, tu touches qqchose là !!! En fin de semaine nous étions en visite et la dame voulait donner un morceau de chocolat à toutes les 2 heures comme "collation" ou pour lui donner de l'énergie ou pour rien du tout... C'est la surenchère pour les fêtes; en plus il "faut" donner un cadeau à chaque enfant du groupe de la garderie quand c'est l'anniversaire de notre enfant ! Wôw ! Moi j'ai apporté des petits gâteaux assez santé, rien de plus !!; À Noël je finis par avoir envie de fuir tellement il y a de festivités, et quant à donner des cadeaux à ma filleule... si je lui offre un jeu de mémoire de qualité dans une jolie boîte en bois (exemple NON fictif) il ira rejoindre les 3 autres déjà reçus ou qui seront reçus plus tard, de Dora, de princesses Walt Disney et de Caillou... Pfff...

Lucie a dit...

Renée-Claude: comme je m'appprête à retirer mon fils de la garderie, puisque je ne travaille plus, je vais laisser faire je crois (et investir mon énergie ailleurs!)

Jane: c'est plus ou moins à moi de choisir dans le sens ou j'ai choisi mon chum et ce faisant j'accepte (de plus ou moins bon gré selon les circonstances) les coutumes de sa famille... même si j'aurais parfois envie de chenger leurs façons de faire... sujet complexe!

Marie: ta dame obsédée par donner du chocolat me fait exactement penser à une personne dans mon entourage qui offre parfois du dessert 5 fois à mon fils dans la soirée alors qu'il refuse chaque fois parce qu'il n'a plus faim, s'étant bourré (et fait bourrer) de plat principal! Je n'ai pas hâte que mon fils se mette à accepter les friandises sans avoir faim...