vendredi 17 août 2007

Emprunts amusants

Suite au commentaire de Marie l'urbaine au sujet de mon dernier billet, je me suis rappelée qu'une voisine de mes parents, que nous connaissions bien puisque ma soeur et moi gardions régulièrement ses enfants, est déjà venue sonner à 11h le soir (elle avait vu de la lumière) pour nous emprunter un économe (mieux connu sous le nom d'épluche-patates).

D'autre part, comme nous avions une entrée se prolongeant dans notre cour et permettant ainsi de stationner jusqu'à trois autos, ce qui est rarissime dans Villeray, nous nous sommes aussi fait emprunter une place de stationnement à l'occasion, surtout en hiver quand elles se faisaient rares à la suite d'une tempête. Ça s'est toujours fait dans le respect--chaque fois, c'étaient des voisins que nous connaissions et qui nous le demandaient avant. Jamais de mauvaise surprise. Une fois, après le verglas de 1998, alors que la ville avait donné comme consigne de laisser là les autos qui seraient remorquées pour le déneigement/déglaçage (opération nécessitant pratiquement des tanks d'armée) puis retournées à l'endroit où elles avaient été prises (la ville sachant qu'il n'y aurait pas d'autre endroit où les garer lors du début des opérations de déglaçage), notre voisin chauffeur d'autobus scolaire nous a demandé à stationner son autobus dans notre entrée, sachant que les remorqueuses de la ville ne pourraient pas s'occuper de ce mastodonte...

Ce sont là les deux "emprunts" les plus étranges de la part de nos voisins. Et vous, avez-vous des anecdotes du genre?

3 commentaires:

Cristelle a dit...

C'est drôle, je pensais que c'était juste dans le films et dans les campagnes que ça se faisait ce genre de truc. J'y ai parfois songé et encore plus depuis que notre petite épicerie du coin à brûlé (nous obligeant à prendre la voiture) mais je ne suis jamais passée aux actes...

Lucie a dit...

Cristelle, c'est certain que ça se fait plus quand on connaît ses voisins, ce qui est peut-être plus courant à la campagne, mais hé oui, même à Montréal on peut connaître ses voisins! ;-)

Marie L'urbaine a dit...

Oh oui, le voisinage sympathique c'est posible en ville ! Lucie depuis que tu a demandé si nous avions des anecdotes, je cherche, je cherche... Mes voisins et moi on s'entraide (s'occuper du chat en cas d'absence, lire le journal de l'autre quand il n'est pas là pour le ramasser :), partager le même barbecue...) mais de là à prêter un espace de stationnement pour autobus !!!! Je crois que le plus sympathique que j'aie vécu, c'est une anecdote à l'envers. Dans un appartement ou j'ai vécu à Outremont, la fenêtre au-dessus de notre évier de cuisine se trouvait face à la fenêtre des voisins. Un jour, notre chat a sauté dans leur cuisine.... J'étais en pleurs, je le cherchais partout, jusqu'à ce que je vois ma voisine dans sa propre cuisine, l'air inquiet, qui prend le chat dans ses bras ! Bref, j'ai prêté mon chat, mais à mon insu !