samedi 11 décembre 2010

Allaiter après une hospitalisation

Après une journée presque complète avec un P'tit Chou maussade, qui refuse tout (dormir, être dans le porte-bébé, jouer...) sauf le sein et qui se fâche au sein, je me suis rendue à l'évidence: ma production de lait a baissé dernièrement. En bonne partie à cause de l'hospitalisation de P'tit Chou (bien que les 7 onces qu'il a bues au biberon quand je l'ai fait garder pendant Belles à bloguer, deux jours avant son hospitalisation, n'ont sûrement pas aidé--j'ai réussi à n'en tirer que trois pour compenser...). J'ai calculé que son soluté lui fournissait 20 à 25 grammes de sucre par jour, ce qui me semble énorme pour un bébé de cet âge et de ce poids. Il ne devait pas avoir soif (apport d'environ 500 mL de soluté par jour) et moins faim aussi, alors même s'il tétait souvent, il buvait moins de lait. Pendant trois jours.

Évidemment, c'est le genre de chose à laquelle on ne pense pas sur-le-champ, juste après coup. Par contre, je tiens à noter mes découvertes et mes conclusions, au cas où, et pour peut-être servir à d'autres, puisque vous savez que c'est mon but ultime en bloguant. Deux aspects du soluté (sa composition et son volume) ont eu une influence ici; j'en discuterai donc avant de présenter ce que, avoir su, j'aurais proposé au médecin.

Alerte de nerdité légère: ce billet contient de la chimie des solutions appliquée! :-)

Premier aspect: la composition du soluté
Il existe plusieurs solutés "standard". Généralement, ils doivent être isotoniques (avoir la même pression osmotique que les fluides corporels) sans quoi on risque de graves problèmes d'électrolytes (c'est pourquoi les solutés ne contiennent pas que de l'eau; comme analogie, pensons aux solutions de réhydratation en cas de gastro-entérite). Celui ayant la composition la plus simple est le "normal salin": 0.9% de chlorure de sodium (le sel de cuisine) dans l'eau (c'est aussi la composition des soutions salines pour le nez). Ce soluté fournit par contre beaucoup de sodium pour les petits reins d'un jeune bébé (parce que si on ne prend que quelques millilitres de Salinex par jour, il en est autrement du soluté!). Il existe donc un soluté "demi-salin" avec moitié moins de sel, mais il contient aussi 5% de sucre pour demeurer isotonique malgré la diminution du sel. C'est ce qu'a eu mon fils la plupart du temps. (Il existe plusieurs autres solutés standard, avec potassium ou lactate par exemple, mais je ne les connais pas, ni leurs indications, alors j'en resterai au sel et au sucre!). 5% de sucre, c'est 5 g par 100 mL ou 50 g par litre. En comparaison, le lait humain contient 7% de sucres environ (selon Bien vivre l'allaitement).

Deuxième aspect: le débit du soluté
Un soluté peut avoir plusieurs buts, selon l'état du patient. Entre autres, il peut servir à prévenir ou à corriger la déshydratation par l'apport d'eau et d'électrolytes. Il peut aussi être utilisé comme voie pour injecter des médicaments intraveineux. Le débit du soluté peut varier énormément selon son but et selon le poids du patient. Il peut être énorme pour un adulte à qui on veut redonner du volume de liquide dans les veines (suite à une grosse hémorragie, par exemple) ou minimal, si on veut juste garder la voie veineuse ouverte. Mon bébé a eu un soluté principalement pour l'administration d'antibiotiques intraveineux. Au début, on a prescrit un fort débit (pour son poids) pour éviter la déshydratation. Comme il buvait bien au sein, le médecin a fait diminuer le débit. Il me semble qu'il avait parlé de le baisser "au minimum". Or, on l'a baissé à 15 mL par heure, sauf au moment d'administrer les médicaments où il devait être augmenté à environ 50 mL/heure. J'ai calculé qu'il a ainsi reçu environ 500 mL par jour ou un peu moins, à 5% de sucre, d'où l'apport quotidien de 20 à 25 g de sucre. J'ai su par la suite que, si le but est juste de maintenir la voie veineuse ouverte, le débit aurait probablement pu être beaucoup plus bas entre les administrations de médicaments, peut-être seulement 3 à 5 mL par heure.

Que ferais-je si c'était à refaire? Mon but étant que mon bébé veuille prendre au sein la plus grande fraction possible de ses besoins en calories et en liquide, je vérifierais avec le médecin le but du maintien du soluté et je m'assurerais que, si le débit minimum est souhaité, on va vraiment au minimum possible. En injectant moins de soluté, je me demande s'il serait peut-être possible aussi de passer à celui sans sucre (la quantité de sodium dans 5 mL de normal salin étant inférieure à celle dans 15 mL de demi-salin), ce que je demanderais aussi (mais on ne m'a pas dit si c'est le cas, ici je suis dans l'hypothèse pure et simple).

Par contre, je dois admettre que, mon bébé ayant un composé d'imagerie radioactif à éliminer par l'urine, c'est peut-être aussi bien qu'il ait reçu un plus grand volume de liquide, le faisant uriner plus pour l'éliminer plus vite. Ce n'est donc pas une situation aussi simple qu'elle ne paraît à prime abord... Ce qui est simple, c'est de ne pas être malade et de ne pas avoir besoin de tout ça! Soupir...

2 commentaires:

Mamanbooh a dit...

La meilleure solution est effectivement de ne pas avoir à vivre tout ça!

Un soluté, c'est souvent aussi pour garder un accès rapide (pcq des fois, trouver une veine est une vraie galère)aux veines (?)pour les médicaments.

Une autre fois, tu peux peut-être demander de garder le catéther, sans le soluté?

Une maman zéro scientifique...
Bonne chance pour ta lactation!

*Mais qui a quelques expériences d'hospitalisation avec deux bébés, à quelques endroits différents.

La Belle a dit...

Je viens de lire ce qu'il vient d'arriver par chez toi et Ouf !

Je suis heureuse de savoir que tout va pour le mieux.

Merci pour le résumé, bon à savoir pour des amies ou la famille pour qui ça pourrait arriver :-)

Merci